Plus de 70 bouteilles perdues au large !

Crédits Photo Shannon Doyle, sur flickr.

Mercredi dernier, j’ai dĂ©couvert un truc « de ouf » comme disent les djeun’s ! Mais entretenons le suspense l’espace de quelques lignes pour planter le contexte.

Il y a un peu plus de 9 ans, je m’inscrivais sur « le » rĂ©seau social qui est devenu la rĂ©fĂ©rence de nos jours. Facebook comptait dĂ©jĂ  150 millions de membres, environ sept fois moins qu’aujourd’hui. Avec plus d’1 milliard d’utilisateurs, ce media social est incontournable et on le rejoint parce que tout le monde y est. En fĂ©vrier prochain, la plateforme fĂŞtera ses 13 ans d’existence et elle s’est dernièrement lancĂ©e dans le rĂ©seautage d’entreprise. A l’Ă©poque, je me rappelle avoir assistĂ© Ă  une prĂ©sentation d’un expert des rĂ©seaux sociaux au taf et un truc m’avait sidĂ©rĂ©. Il avait dit : « les jeunes vont sur Facebook juste pour s’y retrouver et buller ». Je me suis rappelĂ© qu’Ă  leur age, moi j’allais jouer au foot, au foot amĂ©ricain ou au baseball dans le « champs ». Le « champs » Ă©tait un terrain vague entourĂ© d’un ru assĂ©chĂ© dans lequel les rats assistaient Ă  nos superbes matchs. L’Ă©clate quoi!

Le terrain vague de mon enfance est devenu un joli parc 🙂 – CrĂ©dits Google Earth.

Alors, armĂ© de mes 9 annĂ©es d’expĂ©rience de la bĂŞte vous pourriez croire que je la maĂ®trise « grave ». Beaucoup plus humblement, je pensais au moins savoir me dĂ©brouiller pour pouvoir identifier les « DM » qui m’Ă©taient envoyĂ©s et y rĂ©pondre. Mercredi dernier, je me suis aperçu que j’Ă©tais très prĂ©tentieux en fait ! En mĂŞme temps, depuis toujours, je me lasse assez vite de l’endroit. J’y passe très rarement et quand j’y suis, je ne m’Ă©ternise pas. Du coup je n’active pas la discussion instantanĂ©e, d’ailleurs je n’ai jamais trop aimĂ© ce genre d’outils qu’ils s’appellent IRC, msn, aim, skype ou encore slack. Je pense que c’est l’aspect synchrone de la chose qui me bassine d’une part et le fait qu’on puisse me dĂ©ranger avec des bruits Ă©lectroniques lorsque j’Ă©cris mes lignes de code d’autre part. Je dois ĂŞtre un des rares Ă  avoir tous ces systèmes dĂ©sactivĂ©s ou fermĂ©s alors que je passe Ă©normĂ©ment de temps sur ma machine. Du coup, la plupart du temps je les consulte comme on checke ses mails (exceptions faites des chats programmĂ©s sur slack et skype ou encore les podcasts de Very French Trip).

Le mystère des messages fantomatiques de Facebook 👻

Depuis un bout de temps, j’avais remarquĂ© comme une certaine inconsistance entre l’application mobile de Facebook et sa version desktop. En effet, Je ne comprenais pas pourquoi j’avais des notifications comme quoi des nouveaux messages m’avaient Ă©tĂ© adressĂ©s sur mon smartphone, alors que lorsque j’allais, depuis mon Macbook, sur le site classique, l’icĂ´ne en forme de petites enveloppes de la barre de navigation supĂ©rieure n’en prĂ©sentait pas 😳

2 nouveaux messages ou aucun, décides-toi!

Il faut savoir qu’en cliquant sur le lien « Invitations » (gris très clair) de la fenĂŞtre qui surgit lorsqu’on clique sur l’icĂ´ne des messages de la barre de navigation supĂ©rieure, alors on retrouve les deux messages notifiĂ©s dans l’application mobile ! Le saviez-vous ?

Personnellement, je trouve qu’il y a un souci. Alors, il apparaĂ®t que comme ces messages sont issus de personnes qui ne sont pas des « amis », ils sont masquĂ©s dans ce fameux lien « Invitations ». Ce mot me parait par ailleurs inadaptĂ©, c’est sans doute une des raisons qui m’a empĂŞchĂ© de deviner que derrière se cachaient des courriers privĂ©s. Je rĂ©ponds donc aux deux personnes. A ce moment lĂ , je me dis « purĂ©e mais quel cirque pour pouvoir rĂ©pondre Ă  ses messages ». Je me demande si la plupart des gens prennent mĂŞme le temps de faire ces opĂ©rations ! Je pourrais ne pas y prĂŞter attention d’ailleurs, mais c’est plus fort que moi : lorsque quelqu’un m’adresse un courrier, je ne peux pas le laisser dans le zag et l’ignorer. Il me fallait donc trouver une solution pour essayer de rĂ©orienter les personnes Ă©tant donnĂ© que je ne me voyais pas me rappeler de quelque chose que je ne perçois pas comme intuitif. J’ai pensĂ© au message d’absence. Car en effet, il ne faisait aucun doute dans mon esprit qu’une messagerie « @facebook.com » contenait cette fonctionnalitĂ©.

Après avoir cliquĂ© sur tous les boutons de l’interface des messages, je reste bredouille! Cette fonctionnalitĂ© semble bien cachĂ©e, me dis-je. Cette fois-ci, je ne renonce pas et dĂ©cide de m’attarder plus que d’habitude sur ce rĂ©seau. Je consulte d’abord l’aide depuis le centre d’assistance. Je trouve alors au centre de la page un Ă©norme espace vide assez dĂ©routant, et sur la droite de cet espace un champ de recherche pour filtrer une foire aux questions.

Et là bingo, il existe une question sur cette fameuse fonction de rĂ©pondeur automatique. J’ouvre la ressource et bigre, cette possibilitĂ© est rĂ©servĂ©e aux « Pages » Facebook. Pas de chance.

Alors je me dis qu’avec toutes leurs options de confidentialitĂ© il y en a bien une qui me permettra d’Ă©viter aux personnes de m’envoyer ces messages. C’est dommage de s’isoler mais sur le coup, ça me paraĂ®t un moindre mal pour mes lanceurs de bouteille Ă  la mer. Je vais donc dans le centre de confidentialitĂ© et je n’y comprends absolument rien ! « DĂ©sactiver l’envoi de messages aux personnes qui ne sont pas vos amis » Ă©tait ce que je cherchais et je n’ai rien trouvĂ© d’approchant.

Ma demande de support postée sur Facebook.com

Et lĂ  je me vexe! PurĂ©e moi qui pensait avoir rĂ©ussit mon immigration vers le digital, je n’arrive mĂŞme pas Ă  paramĂ©trer mon rĂ©pondeur ou mes prĂ©fĂ©rences de confidentialitĂ© 😤 Allez j’y passe 10 minutes de plus pour dĂ©poser un ticket sur leur interface « Signalez un problème », comme illustrĂ© ci-dessus. L’espace d’un instant j’ai mĂŞme pensĂ© supprimer mon compte tellement cette histoire me mettait mal Ă  l’aise.

Et puis, je balance quelques tweets l’histoire de calmer mon agacement, sans doute animĂ© par l’espoir de recevoir des explications. C’est alors que @AndroidWindows_ vient Ă  mon secours (merci infiniment!) et me conseille de consulter le site messenger.com.

Alors, je dois avouer que j’Ă©tais dubitatif au dĂ©part. Pourquoi consulter un site diffĂ©rent de Facebook me permettrait-il d’y voir plus clair ? Mais bon, je suis curieux et ne peux m’empĂŞcher d’y jeter un oeil. Lorsque j’arrive sur le site, je constate que je retrouve plus ou moins l’interface des discussions instantanĂ©es qui, comme je l’ai dĂ©sactivĂ©e sur le site de Facebook, est opaque pour moi. Et d’ailleurs pour le coup il y a une certaine consistance vis Ă  vis de ce que j’ai l’habitude de voir sur Facebook « desktop ». C’est alors que je clique sur l’icĂ´ne en forme d’Ă©crou situĂ© en haut Ă  gauche de l’interface de messenger.com.

Et lĂ  c’est le drame!

Patatra ! En suivant le chemin indiquĂ© sur l’illustration ci-dessus je dĂ©couvre avec stupeur que plus de 70 personnes ont tentĂ© de m’envoyer des messages privĂ©s depuis 2013 ! Je reconnais mĂŞme l’avatar d’une personne que j’ai croisĂ©e Ă  l’occasion du WordCamp Anvers et qui m’avait dit Ă  l’Ă©poque « Je t’ai contactĂ© sur Facebook pour te parler de mon projet et tu ne m’as jamais rĂ©pondu ». A l’Ă©poque, je l’avais regardĂ© d’un air 🙄 tout en me disant « ça m’Ă©tonne de moi cette affaire, en gĂ©nĂ©ral je rĂ©ponds. Peut-ĂŞtre pas dans la foulĂ©e mais sous 1 Ă  3 jours c’est certain ! ». Maintenant je comprenais mieux. J’ai retroussĂ© mes manches et j’ai rĂ©pondu la nuit mĂŞme Ă  l’intĂ©gralitĂ© des messages. Merci au copier-coller qui me permettait d’introduire ma rĂ©ponse comme suit :

Hi, your message was filtered by Facebook and i only discover it now i’m using messenger 😩

Ce marathon m’a permis de constater trois choses. D’abord, les personnes qui m’ont Ă©crit l’ont fait d’une manière très sympa en me saluant, en me faisant des compliments sur mon travail et en dĂ©crivant parfaitement leur besoin, projet ou encore difficultĂ© avec une de mes extensions. Bref il m’ont vraiment donnĂ© envie de leur rĂ©pondre. Le contraste est saisissant par rapport Ă  ce que je peux connaĂ®tre en supportant certains « WordPress useurs », ceux qui te persĂ©cutent jusque dans les reviews de ta page d’extension sur le rĂ©pertoire officiel de WordPress pour te pourrir ton nombre d’Ă©toiles ! Amis modĂ©rateurs et Utilisateurs indĂ©licats des forums de WordPress, prenez en de la graine !

Ensuite, il y a des personnes qui suivent ce blog et qui le connaissent très bien !! C’Ă©tait une rĂ©vĂ©lation pour moi car je ne prĂŞte pas attention aux statistiques de consultation de ce site et je ne cherche pas Ă  essayer de paraĂ®tre plus joli pour les moteurs de recherche, sans doute Ă  tord…

Enfin, ces personnes m’ont donnĂ© la solution au problème. En effet plusieurs d’entre eux ont Ă©crit :

Il est super ton site, mais je n’ai pas trouvĂ© de formulaire de contact, alors je me suis permis de te contacter sur Facebook.

Ils ont complètement raison, c’est moi-mĂŞme qui ait crĂ©Ă© cette situation en omettant de prĂ©voir un tel service sur mon site. Encore toutes mes excuses pour vous avoir fait attendre parfois plus de 4 ans et merci Ă  tous pour vos contributions. Je reprends la main sur ce besoin et j’ai le plaisir de vous prĂ©senter la nouvelle page « contact » d’imathi.eu que la version 2.1.0 de mon thaim rend dĂ©sormais possible.

Thaim 2.1.0 🎨

J’ai donc choisi d’intĂ©grer cette fonctionnalitĂ© non pas dans une extension mais dans mon thème. En effet, je crois d’abord que le core de WordPress serait très inspirĂ© de prĂ©cisĂ©ment s’inspirer du super travail menĂ© par l’excellent Paul Gibbs pour les « BuddyPress emails ». Ensuite, le thème me semble le plus adaptĂ© pour reflĂ©ter l’ambiance graphique du site dans les gabarits de courriel qui pourraient ĂŞtre utilisĂ©s pour enjoliver les très « old school » messages gĂ©nĂ©rĂ©s par le moteur de blog.

Mais comme je l’ai Ă©crit sur ce tweet, il me semble qu’il est primordial de corriger le bug qui rend l’utilisation de la fonctionnalitĂ© « multipart/alternate » de PHPMailer assez dĂ©routante (j’ai perdu 2 heures Ă  comprendre pourquoi ça merdait!). En deux mots cette fonctionnalitĂ© permet de s’assurer qu’une version en texte brute sera servie aux clients de messagerie qui ne supporte pas le format HTML. Enfin, un des focus pour la 4.8 Ă©tant le « customizer », il pourrait ĂŞtre intĂ©ressant comme c’est possible dans BuddyPress de prĂ©visualiser et personnaliser les gabarits de courriel proposĂ©s par le thème.

Le deuxième choix que j’ai fait pour mon formulaire de contact a Ă©tĂ© d’ĂŞtre très Ă©conome! WordPress propose dĂ©jĂ  un formulaire contenant toutes les informations nĂ©cessaires pour ce type de besoin : je pense au formulaire de dĂ©pĂ´t de commentaires. J’ai donc utilisĂ© l’API des commentaires en la personnalisant un chouyat pour faire en sorte que la propriĂ©tĂ© comment_type de l’objet WP_Comment ne soit plus commentaire mais « question ». Ce qui me permet de profiter de l’interface d’administration des commentaires tout en me laissant la possibilitĂ© de filtrer le types de commentaire affichĂ©s, comme illustrĂ© ci-dessous.

N’afficher que les question.

J’envisage donc les questions comme des commentaires spĂ©cifiques. Elles ne sont pas affichĂ©es publiquement et ma rĂ©ponse est envoyĂ©e Ă  la personne en utilisant un bon vieux courriel. Voici l’email gĂ©nĂ©rĂ© lorsque je rĂ©ponds Ă  une question depuis l’interface d’administration des commentaires de WordPress.

Un exemple d’email de rĂ©ponse gĂ©nĂ©rĂ©.

VoilĂ  ! Avant mĂŞme d’avoir reçu une rĂ©ponse Ă  ma demande de support auprès de Facebook, j’ai rĂ©solu ma difficultĂ© grâce Ă  vos contributions. Pour les plus curieux d’entre vous ou plus simplement pour les rares utilisateurs de mon « thaim », je vous propose deux liens pour le parcourir ou le tĂ©lĂ©charger.

Enfin, l’onglet contact du site est dĂ©sormais Ă  votre disposition pour vos messages privĂ©s en plus de la possibilitĂ© de commenter chacun des articles de ce site.

A+