Gutenberg : vers une approche plus fine du contenu.

Crédits Photo Sandra Boulou

Le 8 février dernier, WP Paris organisait un Meetup dédié à Gutenberg et j’ai eu l’honneur de faire (re)découvrir à la soixante-dixaine de courageux qui avaient bravé des conditions météorologiques défavorables l’éditeur moderne.

Qui a entendu parler de Gutenberg ?

Qui est inquiet à son sujet ?

C’est avec ces deux questions que j’ai commencé mon propos. Elles ont, d’ailleurs, reçu à peu près le même nombre de mains levées. Deux raisons semblent expliquer la réserve vis à vis de la première phase du projet Gutenberg.

D’abord comme le titre le premier « slide » de mon diaporama, l’arrivée de l’éditeur moderne dans le « Core » de WordPress met fin à plus de 10 ans de stabilité de notre expérience de publication d’articles, de pages et de tout autre type de contenu.

Ensuite, pour certains des participants, l’éditeur moderne : c’est aussi la remise en cause des dispositifs qu’ils avaient mis en place à l’aide d’extensions pour simplifier, sécuriser et améliorer la prise en main par leurs clients des développements ou intégrations entrepris pour leurs comptes.

« Ça va bien se passer ! »

Rassurer, c’est l’objectif principal que je m’étais fixé lors de la préparation de mon intervention. J’ai alors pensé que la meilleure manière de transmettre ma confiance dans l’éditeur moderne était de l’utiliser comme support pour sa présentation. L’écran d’édition de mon type de contenu spécifique s’est donc transformé en visionneuse de « slides », le temps du meetup.

Un des slides de ma présentation.

Pour me simplifier le passage d’un « slide » à l’autre, j’ai simplement créé un nouveau bloc Gutenberg dont le rôle est d’insérer une pagination vers le lien d’édition de mon précédent et/ou suivant type de contenu. Les caractéristiques du type de contenu hiérarchique ont fait le reste (notamment la possibilité de définir l’ordre ou des rattachements parent).

En plus comme j’avais prévu de démontrer l’éditeur moderne, ce choix s’est révélé très pratique, le moment venu 😎.

Si vous aussi, vous souhaitez profiter de ce bloc pour vos présentations, vous pouvez le récupérer depuis son répertoire sur GitHub.com (les français pourront même importer mes slides).

Standardisation, modernité et maîtrise.

J’ai beaucoup insisté sur ces trois points lors de mon intervention.

Premièrement, le choix du projet Gutenberg concernant la persistance des blocs de contenu apportera selon moi une standardisation qui sera très bénéfique aux prochaines fonctionnalités dérivées.

Deuxièmement, baser l’interface de l’éditeur du projet Gutenberg sur un JavaScript moderne et exposer une API qui ne requiert pas de connaissances spécifiques dans la librairie choisie (React) améliore non seulement l’expérience des utilisateurs mais aussi celle des créateurs d’extensions.

Troisièmement, la possibilité d’attacher une combinaison de blocs aux types de contenu grâce à la propriété template de l’objet WP_Post_Type permet d’orienter la rédaction de l’utilisateur d’une manière beaucoup plus intuitive et performante que le recours aux metaboxes et meta données de contenu. Nous disposons même d’un contrôle affiné quant à l’insertion de blocs ou à leur réorganisation grâce à la propriété template_lock du même objet.

Le récapitulatif

Lors de notre meetup, nous avons échangé sur pas mal d’autres points comme la possibilité de garder l’éditeur classique une fois la version 5.0 de WordPress publiée, la réutilisation des blocs ou encore les fonctionnalités contrôlables depuis le thème grâce à la fonction add_theme_support. Si vous souhaitez approfondir le sujet, je vous invite à parcourir une version améliorée des notes que j’avais préparées pour ce meetup.

2 commentaires sur “Gutenberg : vers une approche plus fine du contenu.

Les commentaires sont fermés.